Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 09:20

 

 

De nombreuses études scientifiques sont unanimes pour affirmer que l’exposition massive aux écrans nuit au développement des fonctions cognitives chez le jeune. Parmi les réalités affectées, sont évoqués la réussite scolaire, le langage, l’attention, le sommeil, l’agressivité, etc.  Si l’usage d’un écran est en lui-même nocif et dangereux pour le développement du cerveau et ses tristes répercussions sur le comportement scolaire et social des jeunes, les travaux de recherche et les données empiriques qui sont publiées semblent concerner plutôt l’utilisation des écrans dans le cadre de divertissement que d’apprentissage scolaire. Et pourtant quand il s’agit du travail scolaire il est important de ne pas oublier pas que des études déjà anciennes ont été motivées par les dégâts sur la santé d’opérateurs adultes utilisant ce type de support durant leurs temps de travail.  

Les effets délétères sur le développement et le comportement des élèves sont-ils liés au matériel lui-même de présentation des informations ou au contenu qu’il véhicule, ou aux deux paramètres réunis ?

Il est évident que la problématique des effets de l’utilisation des écrans ne peut dissocier outil et contenu. La prise en compte du contenu des informations que l’enfant, le jeune ou l’adolescent, l’élève d’école primaire ou d’établissement secondaire, traitent à un instant donné, est une évidence d’un point de vue ergonomique. Car ce ne sont pas les mêmes exigences  cognitives s’ils utilisent les écrans pour un usage pédagogique qui s’inscrit dans des objectifs d’apprentissage ou pour jouer avec des jeux vidéo.

Quant à l'outil lui-même, les chercheurs ont largement insister sur les effets des rayonnements produits par les écrans sur le sommeil. Or le sommeil joue un rôle fondamental sur l'équilibre du sujet en concentrant les moments où les mémoires se consolident. Donc la qualité et la quantité de sommeil  participent directement à la réussite des apprentissages scolaires

Pourquoi  n’y a-t-il  aucun cadre législatif pour les élèves qui ont comme outil de travail des écrans alors que, pour les adultes, les instances qui se soucient de la santé des travailleurs ont élaboré des réglementations ?  

Force est de constater que, à l’heure actuelle, le développement de pratiques pédagogiques qui se disent innovantes comme la pédagogie inversée, génère, sans qu’il n’y ait aucun message d’alerte, des journées de travail scolaire de plus en plus longues et des temps d’exposition aux écrans renforcés. L’approche ergonomique ose prévenir que, en raison de ces innovations pédagogiques et de l’évolution des TICE en établissements scolaires, les conditions de travail des élèves évoluent  dans une direction qui pourrait être dommageable pour la réussite scolaire.

Quand fera-t-on le lien avec la dette de sommeil qu’elles engendrent et ses répercussions sur l’efficacité du travail scolaire et le développement de certains troubles comportementaux dont les difficultés attentionnelles?

L’évolution des pratiques pédagogiques, le développement des TICE sont une chance pour l’Ecole, mais il serait nécessaire qu’il y ait une réglementation officielle définissant les  moments et durées  d’utilisation des écrans non seulement en classe ou en cours  mais aussi le soir pour exécuter le travail prescrit par les enseignants. Une condition essentielle pour que ces supports informationnels puissent atteindre l’objectif annoncé de faciliter les apprentissages scolaires et le développement cognitif, psychologique et social de tous les jeunes.     

 

Partager cet article
Repost0

commentaires